Pour moi le bonheur, c’est le sport.

il_fullxfull.422678135_6l64

Avoir hâte à la game. Remplir son cœur de convictions et son frigo de bières. Se promener dans les rues bariolées aux couleurs du dream team. Discuter statistiques, bons coups et stratégies. Décider c’est quoi le problème de certains joueurs. Parler au «on» comme si l’écurie nous avait repêchée récemment. Aimer haïr les équipes adverses. Avec vengeance. Avec fougue et hargne.

Être surprise d’entendre certain lâcher qu’ils ne suivent pas «ça». Adorer regarder «ça». Seule, à deux ou en groupe. Préférer à plusieurs, pour les cris, les grognements, les hurlements. Les bruits pornographiques de supporteurs fougueux. Partager les high five, dénoncer les low blow. Avoir la permission de serrer des presque étrangers dans ses bras. Scander les slogans comme une enfant en camp de vacance.

Se taper un match à partir des gradins qui ont coûtés une beurrée et quart. Faire fi du verre de pisse tiède houblonnée à dix piasses et en renverser la moitié sur ses genoux parce qu’on vient de putter un but de la mort. Voir des milliers de bras se lever vers les cieux quand on marque. Huer en chœur lorsque ça chie. Tenter d’ignorer les tatas qui se sont peinturluré la face pour passer à la télé. Considérer que toutes les mascottes sont un irritant incommensurable.

Encourager les compétiteurs à nous faire oublier quelques heures tout ce qui nous gruge en dedans. Analyser avec des quidams au bar que le problème avec un tel, c’est au niveau du mental. Trouver que le son dans les tavernes est jamais assez fort. Vider sa vessie seulement aux mi-temps. Lisser son chandail porte-bonheur en remarquant un début de maille.

Aller chez un chum, un six pac sous le bras et du weed dans la sacoche.  Être reçue avec un «Heyyyy, man!!», comme si on avait nous aussi des couilles bien lourdes. Chanter malgré soi l’hymne national. Changer les paroles pour avoir l’air plus cool. Faire partie d’eux autres parce qu’on connaît ça pas pire pour une fille. Sentir la testostérone se mêler à la fumée et les chips au barbecue. Bavarder les uns sur les autres dans une cacophonie enthousiaste. Se mettre tous d’accord que le «Oléééé, Olé, Olé, Olé!» c’est de l’ostie de marde, sauf au soccer, pis encore…

Croire en son club, plus qu’on croit en son pays. Être penchée par en avant, les coudes sur les genoux, les mains jointes, la mâchoire tendue. Appeler les athlètes «ses p’tits gars.» Les trouver beaux comme des dieux édentés, balafrés. Avoir son favori. Encourager les coups vaches mais légaux. Demeurer persuadée que les refs sont tous vendus. Bouger nerveusement les jambes, sans vraiment s’en rendre compte, comme si on se frottait aux guerriers.

Gagner.  Rugir. Gronder. Tonner. Vivre la gloire comme si elle s’est produite grâce à nous. Mordre sa babine inférieure et pompant son poing sur les côtes. Klaxonner sa solidarité en ameutant le quartier. Sourire au monsieur du dépanneur, au gardien de sécurité, à l’enfant qui ignore pourquoi, à la voisine qui s’en doute bien, mais s’en fout.

Perdre. Se faire plumer.  S’effondrer. L’échine brisée. Faire ses adieux aux séries et dépérir à l’intérieur. Se demander ce qu’on fera de ses soirées, maintenant. S’inquiéter qu’on ne verra plus la gang pour un boutte puisque, puisque…  Avoir la défaite en travers de la gorge,  s’éloigner la coupe des lèvres. Déprimer au diapason des fans.

Se consoler qu’on va se rabattre sur le foot. Pour tout recommencer. Pour ne pas s’arrêter de vivre la joie, l’espoir, le drame, les autres et nous, en symbiose devant l’arène et ses gladiateurs. S’emplir du bonheur lyrique des envolées sportives.

Pour s’oublier et se retrouver à la fois…

Let’s go, Championne, Let’s go!!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s