Cachez ce gris qu’on ne saurait voir!

Dye

Je me teins la cime depuis toujours. De rousse, à brune, à blonde, en passant par vert, une fois, à cause d’une triste journée dans une piscine trop chlorée…

À un moment donné, j’ai réalisé que je ne me souvenais même plus de ma nuance originale. Alors, j’ai laissé sauter une session de vernissage et bang! Une moufette est sortie de derrière mes follicules! La surprise! La presque gêne! Des cheveux gris, c’est comme ton NIP, tu ne montres pas ça à personne. Alors, j’ai poursuivi le déversement chimique à toutes les trois semaines.

Mais j’ai fini par en avoir ras le papier aluminium. Je me suis dis que j’étais à l’âge où les grafignes du père Chronos ne seront plus démenties par ma vadrouille sèche et sans pigment qui absorbe la teinture aussi bien que du bois pressé pour me donner le choix entre trois looks : «Brun-noir cire à chaussure»,  «Auburn, niaisez-moi pas, c’est magenta», ou alors,  «Blond moussu spécial  tite-madame».

J’ai donc abandonné la guerre à la repousse et laissé mon Marie Laberge se lâcher lousse.

Devant la nouvelle que mes racines allaient commencer à être grugées par le calcium, on m’a félicité d’essayer ça, mais on a grimacé en le faisant. On m’a parlé aussi de courage. On m’a parlé de féminisme. Oui, on m’a parlé de bravoure à montrer mes signes d’érosion.

J’ai fais décolorer des mèches platines pour aller épouser l’argent qui sortait de mon cuir à la vitesse d’un lundi matin. Il est faux de penser que le naturel revient au galop. Il trotte en boitant. Ce fut long, ce fut laid, mais voilà, un jour, j’étais enfin grise.

Et alors?

Et alors, j’ai souffert de ne pas «pogner».

J’ai pratiquement pas eu de boulot (je suis actrice) et le regard des hommes sur moi s’est réduit à medium-low. En contrepartie, les femmes m’ont trouvée moins menaçante. On m’a dit que je me «vieillissais» et j’ai bien compris que ça, ce n’est pas une bonne chose du tout. Pourquoi?

Parce qu’avoir l’air vieux, ça rappelle que, prochain arrêt, c’est la station Rigor Mortis.  Et on ne veut pas crever dans nos têtes de singes modernes profiteurs de planète. Ensuite, avoir l’air âgé, ce n’est pas excitant. On fornique quand on est jeune, dans nos têtes de Néandertaliens inséminateurs de planète.

Ceci-dit, je refuse de croire que je ne ferai plus bander parce que ma pêche sera un peu mûre au toucher et que mes rideaux et ma carpette auront passé à la javel! La baise, c’est aussi dans les yeux, le ventre et surtout, dans le rythme. En tout cas, pas dans la couleur de ma frange!

Au moment où le piano de mon existence tombera du onzième sur mon crâne fraîchement givré de châtain clair no 93 ou s’enfoncera directement dans ma matière blanche, j’espère que j’aurai copulé jusqu’à la dernière goutte!

Je vais ralentir de me faire tisonner la bûche, je sais bien, j’ai lu sur les hormones qui nous quittent avec la libido entre les jambes.  Mais je me souhaite tout de même générer le sexe, sexagénaire, puis de jubiler jusqu’à mon jubilé! Merde! Je me souhaite de donner ma démission en pleine nique, ma tignasse nivéenne collée de sueur! Claque, le cœur, pendant que je chevauche mon ratatiné reconnaissant!

Bref, j’ai flanché.

J’ai repris la bouteille…

Et les couleurs du jour…

Sans blague, il paraît que ça m’enlève presque six ou sept ans. C’est pas rien.

Advertisements

10 réflexions sur “Cachez ce gris qu’on ne saurait voir!

  1. Bon! La madame sacoche roulant à 72km dans la voie de gauche qui s’assume l’âge. Good for you sweetness! Si tu sort, ‘oublie-pas ton Caltrate. Par contre, le cherry on top de l’affaire, c’est que tu peux maintenant te laisser aller ben loose, sans t’excuser, avec tes maladresses sociales a saveur spicy awkward: personne ne voudrait accuser une vieille croûte malcommode à la moppe grise qui s’échappe occasionnellement…

    En ce qui me concerne, grey is the new suicide blonde. 😉

    J’aime

  2. La jeune poulette a encore pas mal de temps pour vieillir… je me souviens vaguement d’avoir eu 46 ans, il y a si longtemps, tellement longtemps que…

    Bon, je constate que mes cheveux sont plus sel que poivre et qu’ils tombent plus vite qu’il n’en pousse des nouveaux, que j’ai plus de difficulté à ramasser toutes les choses que j’échappe à terre, que… que… je vous ferai grâce de la description de ma face, ou du reste… Bref, que le temps coule inexorablement.

    Le temps a passé vite. Puis, au début de la retraite, je me sens rajeunir en pensant qu’il me reste encore au moins un quart de siècle et même plus si je suis chanceux. Que je vais pouvoir voir grandir ma petite-fille. Qu’il me reste quelques années pour parcourir tout le continent et encore plus. Mais que je n’aurai jamais assez de temps pour faire tout ce que j’aurais voulu faire depuis toujours — apprendre à jouer de la flûte, apprendre deux ou trois autres langues (mortes et vivantes), lire tous les livres que j’ai achetés depuis des décennies et que je devrai vendre avant de les avoir lus… tellement d’expériences à vivre et chanceux d’avoir le choix…

    Il y aura bientôt un demi-siècle que je n’ai plus 20 ans. Et puis après. Mon espérance de vie semble augmenter au même rythme que je vieillis. C’est donc avec un grand sourire que je remercie les jeunes hommes qui se lèvent dans le métro pour m’offrir leur siège.

    J’aime

  3. Superbe texte, comme d’habitude. Cela a été mainte fois dit mais /$%?##$ que les sociétés occidentales sont tough sur les femmes quant aux filaments organiques qui sortent de leur peau. Sur la tête seulement et surtout pas de gris! Pendant que nous les hommes, on se fout royalement de tout ça. Exception à cette règle, c’est quand tu te rends compte que le poil qui pousse aux endroits incongrus, genre oreilles, est également blanc! Ah ça non! Pas le nez aussi! Enfer et damnation!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s