Lettre à l’homme qui va m’aimer

BloodyLove

Salut à toi, homme qui va m’aimer.

Juste pour te dire que j’apprécie. Tellement. Je ne suis pas facile à vivre. Penses-y. Si j’étais toi… Enfin…

J’ai pris beaucoup de temps à me reconstruire la patate et je n’ai pas envie que tu en fasses de la purée ou un gratin. Je sais que tu vas me dire «Ben non,  j’suis pas de même, je t’aime, moi.»

Fuck you.

On m’a aimé bien comme il faut et je me suis quand même retrouvée en petite boule à terre à pleurer ma vie ou bien à genoux, coupable et cruelle, avec les larmes de l’autre sur mes doigts.

Bref, je ne suis pas sûre d’être faite pour l’amour. Parce qu’au début, c’est bien, on se voit dans l’iris de l’âme-sœur, on se colle en cuillère en respirant au même rythme,  on y croit comme si on avait quinze ans, comme dans les vues, et là, gratte-gratte-gratte, on s’occupe à gruger la beauté de la chose.

Je crains que tu veuilles me changer comme les autres avant toi. De petites choses : ma façon de me comporter, de parler, de faire la vaisselle…  Je vais me mettre à triper tes trips en prétendant que c’est les miens ou, pire, tu vas me convaincre que tu veux qui je suis, et me prouver le contraire à coups de reproches voilés.

J’ai peur qu’on s’impose une façon d’être et, pour acheter la paix, qu’on abdique  et transforme notre personnalité.  Ou pire, que nos idiosyncrasies nous amènent à nous faire s’engueuler, toutes veines dehors,  sur des trucs aussi bête que comment plier les serviettes de table.

J’ai la chienne de ne jamais recevoir de petits mots tendre de ta part, ou pire, que tu me pondes des kilomètres de rose nananne jusqu’à ce que je gerbe le trop plein. J’ai horreur du vide, j’ai horreur des débordements.

J’ai peur que notre sexualité périsse et qu’on ne retrouve que sang ou disette dans nos draps. J’ai peur de perdre la flamme ou de me brûler. Ma peau se souvient encore de relations où  je criais famine ou, pire, le viol était de mise.

Et si, avec le temps, nos cœurs se déversent de notre tendresse pour se remplir de ressentiments, de blâmes et de doutes? Et si on fini par se dire des paroles si regrettables que je me vois obligée de nous tuer?  Et si on s’ébranle au plus profond de nous en crachant du pas bon?

Tu vas finir par me larguer, las de moi et de mes départs en haute mer ou, pire, je vais planter mes serres dans la chair de ta poitrine pour venir la picorer sauvagement et te laisser, thorax béant, sur le bord de la grève.

Ne me dis pas de ne pas avoir peur, que nous deux ce n’est pas pareil, qu’on est fait pour être ensemble! Ne me dis pas ça, parce que tu vas m’y faire croire, mon ostie!!  Je te déteste déjà de me remplir d’espoir. Tu es là à penser t’approcher de moi avec un parfum de promesses dorées?   Tu veux placer ta main sur le canon de mon fusil et baisser ma garde? Je te crains! Dieu du ciel que je crains la douleur d’aimer!

Ce n’est pas parce qu’on s’est trouvé, que je suis obligée de me perdre, compris? Je me suis chèrement gagnée.  Je me sens facilement piégée et suis prête à de terribles violences pour garder ma gorge sans nœud coulant. Si j’étais toi, je passerais mon chemin, je suis trop d’ouvrage.

Tu sais pourquoi, moi, je t’aime?  Parce que les balafres sur ton tic-tac sont semblables aux miennes. Tu me donnes le goût d’abdiquer. De te laisser monter à bord.

Salaud.

Bon. C’est fait. J’ai dis que je t’aimais. Devant tout le monde. Voilà. Tu es content?

Non… sans doute que non… quelque chose dans le ton, peut-être?

À toi pour l’instant,

La presque folle…

 

Advertisements

9 réflexions sur “Lettre à l’homme qui va m’aimer

  1. Ho ! Que j’ai eu ces pensées mille et millier de fois (tu comprends la nuance…comme genre, foi, mais au pluriel…comme dans le sens  »j’y ai cru souvent » 😉 ….mais c’est le jour ou j’ai décidé, ou j’ai CHOISIS, que je devrai être aimé pour qui je suis TELLE que je suis, que j’ai gagné….mais en retour, j’ai choisis AUSSI de l’aimer LUI pour qui il est ! Tu as rencontré mon Brad Pitt, tu sais de qui je parle….Un look d’Hells Angel, la verbe de Felix Leclerc et les mains de Gauguin….bref rien qui ne match ensemble, mais qui match terriblement avec moi ! C’est le jour ou tu n’auras plus peur d’aimer, que tu pourras enfin l’être ! ( ta chum qui fait de la psycho pop ! O.k…..c correct….m’a aller faire ma job de femme merveilleuse : épicerie, ménage, sex ! )

    J’aime

    1. « … la peur d’aimer … »

      je recense mes peurs depuis quelques mois, semaines

      je les rumine

      mais la peur d’aimer… curieux, je l’avais oubliée celle-là. Et toutes celles qui lui sont souvent corollaires : la peur de la solitude, de la liberté, la peur de perdre, de tout perdre, la peur de l’inconnu, la peur de recommencer, la peur de lâcher prise, de partir à l’aventure… toutes ces peurs et leurs miroirs, le goût de tout recommencer, de partir sur une nouvelle piste, de découvrir un nouveau monde, un monde inconnu, que je ne connaissais pas, que je connaissais pas mais dont certains aspects m’échappaient, parce que j’avais peur de les voir

      fascinations

      J’aime

  2. C’est vraiment à l’aube de la quarantaine, après quelques crashs amoureux, qu’une sorte de logique claire comme de l’eau de roche, nous fait réaliser qu’on s’est laissé prendre au piège de, peu à peu, perdre des lambeaux de notre authenticité pour plaire ou, encore pire, se conformer aux idéaux de notre partenaire.

    Tes mots, criants d’espoir et d’honnêteté font réfléchir. Au début, tout le monde a les meilleures intentions amis bon dieu, que le naturel revient au galop. Les anglais ont un bon dicton: familiarity breeds contempt. Ça peut arriver dans les meilleures relations.

    Malgré tout, j’imagine que lorsque deux personnes ont cette même vision lucide que tu nous décris, ça part du bon pied.

    Alors merci pour ce texte, écrit d’une main de maître et très bien ressenti.

    J’aime

  3. Au fond, je vois la fin d’une relation un peu comme un jeu vidéo. Game over et tu reprends là ou tu étais rendu mais en apprenant des erreurs passées. Je vais utiliser les cimeterres de Drizzt et l’armure d’ombre la prochaine fois 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s